Attention : La Radiolux se lance dés l'ouverture du blog. Pensez à la stopper pour écouter des mp3 !

30 juil. 2011

Fury Lewis : won't you come home blues

FURRY LEWIS, I Will Turn Your Money Green (2LP, Monk
MK321DLP)

and : Toute la poussière du chemin (Jaime Martin/Wander Antunes, Aire libre, Dupuis 2010)

Deux en un aujourd'hui : "Toute la poussière..." est un album qui m'a aspiré et plus lâché jusqu'à sa dernière page.
Or il se trouve que je l'ai lu alors que j'étais en train de déguster un nouvel lp acheté récemment (les coïncidences de la vie, allez savoir...un peu aidées peut-être ?) : Une réédition de vieilles faces blues de Furry Lewis de 1927 -1928, (I will turn your money green, Monk 2011) soit à un an près, exactement l'ambiance décrite dans cette histoire qui se déroule pendant la grande dépression de 1929 aux Etats unis.

Le livre : ...Tom quitte sa femme, désespéré, après avoir perdu sa petite bicoque que la banque ne veut plus aider à payer. Il part sur la route comme bien d'autres pauvres hère alors, où il va rencontrer Buck un jeune garçon fan de Jack London, qui prend ses rêves pour la réalité...
La dure réalité qui va les rattraper tous deux, sur les chemins dangereux du sud des Etats-unis lors de cette période particulièrement noire..


Un album de bande dessinée magnifique, que vous prendrez certainement plaisir à découvrir comme moi suite à l'écoute de ce blues mélancolique de Furry Lewis, via ce petit montage vidéo. Bon film !

A propos de la musique : Walter "Furry" Lewis (1893– 1981) a personnifié le caractère détendu et intimiste des premiers blues (enregistrés). Un maître de techniques de guitare multiples, il a été notamment un guitariste particulièrement talentueux du Bottleneck qui faisait écho à ses impressionnants phrasés vocaux avec un ensemble de notes jouées à la slide. Il a été capable de donner à ses interventions une spontanéité, une subtilité, et un feeling, qui lui ont fait faire partie, selon les mots de l'historien du blues Charters Sam, "de la poignée de chanteurs [de son époque] seulement à la capacité créative d'utiliser le blues comme une expression d''émotion personnelle. "
(d'après le site Smithsonian Folkways)

Ces faces particulièrement belles et de bonne qualité musicale, (malgré quelques petits craquements inhérents à ces rééditions de vieux 78 tours), enregistrées en 1927-1928 n'étaient plus disponibles depuis quelques temps, (des éditions en 1988 et 1997 aux USA, et 2003 au Japon seulement), aussi, on peut rendre hommage au label Monk, du distributeur Abraxas italien de nous présenter d'aussi belle manière et sur vinyle ces chansons au charme intact.
Il s'agit de la référence 21 (sur 37) actuellement disponible sur ce label plus particulièrement consacré aux rééditions de trésors blues, pour un distributeur spécialisé dans les raretés et les éditions vinyles de qualité. A suivre donc.. sans modération !

Today : two in one, with this original mix between a great blues Furry Lewis song from 1927, and this sensible french graphic novel, edited in 2010. Enjoy the song while watching some pages in this musical diaporama.

To go further :
Une note pas inintéressante sur le sujet de la crise économique dans la bande dessinée.

Une note sur Furry Lewis et plus particulièrement le titre Kassie Jones, sur un bandit noir tué en 1896. (riversinvitation.blogspot.com)

Les pages du label Monk records



Furry lewis "Won't you come home blues" par hectorvadair

8 juil. 2011

Let's dance with the Contours !

The Contours
Dance with (1963-64)
Ace 2011

Lorsque l'on voit en France (mais ailleurs cela doit être pareil) avec quelle débauche d'outils de communication les plus grosses compagnies de disques essaient de nous vendre certains artistes comme la nouvelle sensation "Soul", alors que l'on aurait du mal à dire de quel grand artiste référent ceux-là peuvent se réclamer (suivez mon regard, indice : une grande marque de Riz...), il est d'autant plus réjouissant de se voir "offrir" par une réelle compagnie discographique comme Ace records une édition comme celle-là.

Les Contours n'ont vu qu'un seul album paraître au cours de leur courte carrière (1962-68), (et deux gros hits : "Do you love me" et "First I look at the purse"), mais déjà ces furieux de l'écurie Motown avaient gagné le statut de culte auprès des amateurs.

Aujourd'hui, ce sont plus de vingt morceaux sortis de derrière les fagots qui nous sont proposés, plutôt des débuts (1963-64), et quelle joie d'entendre cette fameuse recette : voix rocailleuse et agressive, mais quelque fois aussi suave comme celle de Smokey avec ces Miracles*, tempo hyper rythmiques, dont la frappe de batterie pourra rappeler le meilleur de groupes funk comme les Meters, et mélodies prenantes.
* Anecdote : les Contours auraient entre autre été signés par Benny Gordy, le patron de Motown, plutôt mitigé au départ, car Hubert Johnson, le chanteur était le cousin de son protégé Jackie Wilson. ("Motown, Soul & glamour")

Pas d'album complet aujourd'hui sur Action-time, car l'album est encore trop récent, et il faut aider les bons labels, mais quand même un extrait, avec le titre ci-dessous. Très grand CD !

(Not complete album today on Action time, caus this one is too recent, and I do believe we have to buy records made by great record companies, but listen to Uncle Willie, one of the tracks that give us great rythmic drum tempo available on this must-have CD) :

Let's do the uncle Willie






La page consacrée au disque sur le site de Ace Records.

Une belle page sur la Motown (en français) sur BrunoHantson.com

Petite histoire des Contours sur Pophistorydig.com