Attention : La Radiolux se lance dés l'ouverture du blog. Pensez à la stopper pour écouter des mp3 !

25 nov. 2015

Météorites : Comme un écho des grands Bunnymen

ECHO and the Bunnymen
Meteorites
Onzième album studio publié en 2014 sur label 429 Records, sous label de Savoy label group.


Marrant comme ce CD, pris par hasard à la médiathèque locale, car heureusement mis en avant par un discothécaire, me replonge dans le meilleur des années 80.

J’avais laissé les Echo and the bunnymen de Ian Mc Culloch, leur leader, avec leur discographie des premières années, (Crocodiles, Porcupine...) fier de connaitre un des meilleurs groupe d’alors.
Les années 90 sont passées pour moi, au niveau du groupe, un peu comme de l’eau sur un imperméable, malgré Evergreen et Flowers (1997 et 2001) plutôt agréables, et je les avais donc un peu "snobé". Néanmoins Ian Mc Culloch avait continué une carrière, en solo, et avec son groupe. Je l’avais vu aussi dans le documentaire sur Liverpool diffusé par Arte en 1992 et mettant entre autre en scène les fabuleux Stairs. ("You'll never walk alone").

C’est donc avec une assez grande surprise que j’ai découvert cet album.
...Belle révélation en vérité, car je ne m’attendais pas à une aussi belle réussite, qui tourne désormais en boucle depuis la quatrième fois depuis deux semaines dans ma voiture.

Meteorites possède la qualité des albums que l’on goûte avec plaisir du premier jusqu’au dernier titre, en se disant, que « bon sang, comment font-ils pour être aussi prolixes et créatifs avec si peu de choses? »
Le style de ce nouvel album rappellera aux amateurs du groupe Deus l’ambiance de leur superbe Vantage point (2008) : mélopées embrumées, avec chœurs et mélancolie omniprésente, qui ramène, et ce n’est pas une grande surprise, vers les années néo romantique de la new wave, mais pas que.
Les mélodies sont bien présentes, et le son, issu de la production réalisée par Youth (Killing joke) est parfait. Plus de voix typée cold ou new wave justement, mais un son plus proche de nous.
Lorsque je cite « Vantage point », les 80’s sont bien sûr déjà loin, et c’est en ça que l’on peut dire que le groupe de Ian mc Culloch et Will Sergeant a su évoluer et rester « moderne », tout en gardant son charisme. Il émeut, tout en créant la surprise sur ces titres, au fur et à mesure de l’écoute.

De nouveaux horizons en fin de compte, pour ce groupe emblématique.

Tracklising : Meteorites; Holy Moses; Constantinople; Is This A Breakdown?;  Grapes Upon The Vine; Lovers On The Run; Burn It Down; Explosions; Market Town; New Horizons
> édition en Dblp (Uk, Europe and US), ou CD.

http://www.bunnymen.com/

23 nov. 2015

Hey Bulldog : the last good recorded song of the Beatles !?

All together now/Hey bulldog (single Apple 2C 006-04982 M, FR)

Incroyable comme ce single tardif des Beatles, pourtant sorti en France en 1972, reste mal connu aujourd’hui, et donc difficile à dénicher en bon état...à un prix abordable. (La moyenne étant environ 15 euros sur le web.)

Il n’ apparait en effet quasiment jamais dans les discographies françaises publiées à ce jour , comme c’est le cas dans les références   "The Beatles Discomania" - François Plassat
(Hugo et Compagnie, 15 septembre 2011);
« Les Beatles : La Discographie définitive" (Daniel Lecteur, Alternatives & parallèles, 14 novembre 1997); ou : "La France et les Beatles : Volume 1, La discographie originale 1962-1970 (Jean-Claude Hocquet et Eric Krasker , Séguier Editions (1 novembre 2005)

Sa parution tardive en Janvier 1972 en France, tout comme en Allemagne, Hollande, Italie, Suède et Portugal seulement le mois suivant, explique peut-être un peu cela. Mais, ne le voyant jamais en photo, le croisant que rarement en bacs ou sur le web, il a un peu disparu des radars.
Est-ce parce qu’il peut être considéré comme une réédition après la séparation du groupe qu’il est moins mis en avant, voire moins recherché ? ...ou qu'il a été moins acheté à l'époque ? conservé ?


…  Pourtant c'est un couplage inédit en 45T, très intéressant, même si les titres sont connus depuis 3 ans avec le lp « Yellow submarine » (1969)

All together now est un morceau très sympathique et emballant, avec quelques gimmicks bien tournés : L'intro à l'acoustique; et les paroles : "1,2,3,4... can I have a little more ?;  "bom bom bom bom; sail the chip"... puis le refrain en choeurs "All together now" facile à retenir et universel...

Quant à la face B, hyper accrocheuse, si l’on se réfère aux quelques articles en parlant sur le web,  voilà ce qu’on peut en dire
:

"Ce qui aurait pu être une chanson de comédie s’est transformée au final en l’un de plus heavy des titres des Beatles. Alors qu’ils étaient filmés à Abbey road pour le clip promo de Lady Madonna, le groupe décida qu’ils pourrait enregistrer la chanson bonus pour la bande son de Yellow submarine (qui leur manquait). Paul dit qu’on pourrait faire une vrai chanson au studio » . John répliqua :
« Je peux en apporter une, j’ai quelques bouts de texte à la maison, aussi je les apporterai."
Quelques jours plus tard Mc Cartney avait joué de la batterie sur un rock de Paul Jones appelé « The dog presides », qui avait des effets pas inintéressant. Pendant la session des Beatles, Mc Cartney et Lennon finirent en aboyant et hurlant, et le titre devint « Hey bulldog ». (Au départ, il s'appelait "You can talk to me"*).  Avec tout ces ajouts, Hey bulldog fut un morceau percutant assez agressif : Harrison raccorda sa guitare à une fuzz box et tourna son ampli bien à fond, le tout amenant à un solo féroce. « J’ai aidé (Lennon) à le finir en studio expliqua  Mc Cartney, mais c’est principalement sa patte. » Lennon lui-même l’appela « un morceau qui sonne bien mais qui ne veut rien dire ».

John Lennon
The Beatles, Hunter Davies

Source : http://www.rollingstone.com/music/lists/100-greatest-beatles-songs-20110919/hey-bulldog-19691231
Le titre déclencheur ?
Vidéo à voir ici :
https://www.youtube.com/watch?v=IO4Xn0S5MGE

L'autre belle édition espagnole.
"Musicalement, la chanson ramène aux premiers riffs Rhythm’n’blues comme Money (That’s what I want) et rappelle un certain sentiment blues comme Lady madonna. Les deux chanson ont d’ailleurs été combinées sur le Love album.

Hey Bulldog a été cité plus tard par l’ingénieur son des Beatles Geoff Emerick comme l’un des vrai derniers efforts du groupe capitalisant des échanges égaux entre tous les membres. A la suite de leur séjour en Inde, le sentiment de groupe des Beatles commençait à s’effriter. Ils ont tenté de travailler séparément, avec des soucis augmentant au fur et à mesure, ce qui a mené à leur split au final.

Le 11 Février, les Beatles enregistrèrent, complétèrent et mixèrent « Hey Bulldogs durant une session de 10 heures. La piste rythmique basique comprenait du piano, de la batterie, du tambourin la lead guitare et la basse.
A la prise 10 ils eurent une bonne version, et ils l’overdubbèrent alors avec plus de batterie, de la basse fuzz, un solo de guitare, une double piste vocale par Lennon et un accompagnement de Mac Cartney. »
From : http://www.beatlesbible.com/songs/hey-bulldog/


Un bel objet en pochette française, avec deux morceaux à redécouvrir, dont une face B à la limite du hard, comme « Revolution », ou Helter skelter.

Nb : Le morceau a été repris par pas mal de groupes, (https://it.wikipedia.org/wiki/Hey_Bulldog) dont un des plus connu sont les anglais de The Gods, (avec des futurs Huria Heep), dans une version pas très différente et qui n'a d'ailleurs pas marché commercialement (*).
En revanche, celle des français les Chattels, en 1969, sur le label JPB lyonnais avec un très rare ep quatre titres, a ça d’originale qu’elle dépote au niveau tempo, et inclus un orgue bien groovy. Une petite bombe qui en fait un disque à tomber.
Le label Sausage records a d’ailleurs (ré)édité le morceau en 2007 dans une version raccourci du ep, en single simple (face B : Brown sugar, Soul sister de Sam & Dave).


(*) http://www.songfacts.com/detail.php?id=145

Merci à Lambert Fligny, et au groupe Labels, logos, étiquettes, macarons de disques et cassettes, pour quelques remarques utiles apportées sur les infos.


THE BEATLES+HEY BULLDOG par asinette