Attention : La Radiolux se lance dés l'ouverture du blog. Pensez à la stopper pour écouter des mp3 !

11 août 2012

Black night vs Tout seul

45 t original
(http://www.45cat.com/record/453348)



Dans la série des titres qui ont inspirés mais qui n'ont pas (toujours) été crédités : Black night.

Popularisé en 1950 par Charles Brown sur une création de Jessie Mae Robinson, "Black night" a ensuite connu d'autres version blues, aux tempos toujours plutôt lents (Bobby Blue Bland, Muddy Waters, Buddy Guy, Blues project, voire Holly Golightly plus près de nous...)

Ecouter Black night (1950)



"Nobody cares about me
I ain't even got a friend
Baby's gone and left me
When will my troubles end ?

Black night is falling
Oh how I hate to be alone
I keep crying for my baby
But now another day is gone" (...)

Black night par Charles Brown a aussi connu quelques versions revisitées, dont une avec le grand guitariste Shuggie Otis entre 1973 et 1977 (cf compilation "in-session-information").
C'est celle-ci que vous propose en 1ere vidéo.


Voir un aperçu des différentes reprises (liste non exhaustive), sur : secondhandsongs.com 


Cependant ce classique a aussi connu quelque version accélérée, entre autre par le Grand Arthur Alexander.

- Ecouter "Black night" d'Arthur Alexander (1964)

http://ronniebird.toochattoo.com

Il n'est donc pas étonnant d'entendre ce titre en français, la même année, avec le tempo d'Arthur Alexander, mais sous un crédit complètement différent. Il s'agit du ep de Ronnie Bird "L'amour nous rend fou", avec le titre "Tout seul" (460889, 1964) :

 Si l'on veut bien admettre que l'adaptation en français nécessite un crédit pour les paroles, il est plus difficile d'admettre que Mickey Baker, guitariste de Ronnie ai squeezé ainsi le nom de JM Robinson, surtout lorsque l'on rélève la similitude des textes des deux chansons.


- Comparez, et vous me direz vos impressions.
C'est pourtant flagrant. Il n'est jamais listé sur les reprises du titre. (...)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bien vu, je n'avais jamais fait le rapprochement pourtant évident après écoute.
G